dimanche 9 janvier 2011

Ma sexualité




… "de 6 à 9 ans". (Editions de l'Homme, 1986, réédition d'un ouvrage plus ancien que l'on peut dater heuristiquement de 1975) Auteur : Jocelyne ROBERT, illustrations de TIBO
Note de l'Hippopotable : ****


Avertissement : cette chronique ne contient aucune image propre à exciter l'imagination des personnes portées sur l'imagerie érotique voire pornographique en ligne. La qualité déplorable des illustrations et la totale absence de  tension sexuelle des textes peut même avoir un effet désastreux sur votre libido.








Ma sexualité : voilà un sujet qui, selon toute logique, devrait passionner bien des auditeurs et auditrices de ce blogue. Le sous-titre de cet ouvrage, rapidement, leur fait l'effet d'une douche froide, ou au moins d'un bain de siège tiédasse : «de 6 à 9 ans». Eh oui, il s'agit en fait d'un livre d'éducation sexuelle destiné aux plus jeunes.

Ce type d'ouvrage est devenu fort rare : aujourd'hui, à l'ère des émissions de télé-réalité comme «Les dossiers de l'écran» et du «Minitel rose», nombreux sont les parents qui jugent que leur progéniture en sait déjà trop sur «les choses de la vie». Mais, entre 1970 et 1985, de nombreux livres ont tenté d'initier les plus jeunes à… ces choses. Enfin, vous voyez quoi.


«La sexualité est un sujet dont on parle peu et qui rend parfois mal à l'aise», prévient Jocelyne Robert dès la page 5. Eh bien, nous, à la Bibliothèque Idéale de l'Hippopotable, n'ayant ni fausse pudeur ni tabous d'un autre âge, avons jugé que la mise à la portée  de nos jeunes de cet ouvrage s'imposait.


L'apprentissage par la terreur

Ils semblent en effet incarner la joie


Dès le premier chapitre, «Mon corps, c'est moi», le jeune lecteur est invité à s'identifier à deux ectoplasmes issus d'un accouplement contre-nature entre la figure du Cri de Munch et une saucisse de Francfort. Arborant un faciès à la fois inexpressif et terrifié, qui ferait passer même un jeune Balladurien pour un amoureux du rire et de la vie, les deux héros de cet ouvrage délivrent d'emblée leur message : la sexualité, c'est terrifiant.


Une idée originale d'animation pour un goûter d'enfants

A travers des rituels étranges et dérangeants, le lecteur est bientôt invité à s'approprier son propre corps et à se rapproches de son pancréas et de sa vésicule biliaire. Notez que l'on n'est pas encore dans le vif du sujet, mais cela ne saurait tarder.

Si cette image vous dérange, concentrez-vous sur le ballon
  
Hum, nous voulions commenter cette image mais notre fournisseur de papeterie, Mr Prou,  vient justement nous rendre visite, nous vous laissons donc vous faire votre propre opinion.



Au cœur du sujet



Eh bien, voilà, que dire de plus, si ce n'est «très bien, nous commandons aussi trois ramettes de papier pelure et des buvards»


La pédagogie par l'analogie


Et il nous faudra aussi des enveloppes kraft et dix paquets de crayons gris.

Vous n'avez encore rien vu
Josiane, avez-vous pensé à commander des paquets d'agrafes numéro 5 et 9 ? Prenez en 12.






Ces nouveaux blocs à spirale sont épatants pour nos reporters. Mettez nous en une vingtaine, et autant de stylographes à bille.





Voilà, l'heure de conclure cet article est arrivée. Six boites de ruban bleu et noir pour notre machine électrique Olivetti, et une douzaine de rouleaux de ruban adhésif seront ajoutés à la commande. Paiement à 90 jours et livraison sous huit jours.



Un ouvrage indispensable

20 commentaires:

cat a dit…

Mais comment,diable, cela se termine-t-il?

Monsieur Kaplan a dit…

Tout cet amphigouri pour finalement ne pas trouver chaussure à son pied à cause de la mauvaise haleine due à la difficulté de trouver un tube de Colgate, hein.

Tertius a dit…

Décidément, le docteur Tordjman n'est jamais là quand on a besoin de lui!

Anonyme a dit…

@George Kaplan:

Je ne pense pas qu'il s'agisse ici de Colgate, mais plutôt de Toniglandyl.

Philippe M., de Nantes a dit…

Cet Ouvrage de vularisation peut avoir des côtés dangereux : ainsi quand les parents se croyant à l'abri de la compréhensions de leurs têtes blondes se lanceront des "Chéri tu ne voudrais pas sonner ma clochette ??" ou "Ma fusée est prête à décoller" , leurs enfants ne seront plus dupes de leurs volontés lubriques .... Il va falloir trouver d'autres codes

raph a dit…

L'expression "se faire sonner les cloches" prend tout son sens !
(Quant à la chanson "les 3 cloches", elle me dégoûte désormais)

jerome a dit…

En tant que jeune néo-balladurien de la première heure (et jusqu'à la dernière minute), je m'offusque devant l'allégorie de la fusée qui permet aux garçons de s'envoyer en l'air alors que la maison est si bien tenue! De plus, elle a même pas les rideaux qui collent aux fenêtres et on a pas visité la chambre d'amis.
.. je vais commander 13 feuilles de papier carbone tant qu'on est à se dire des trucs interdits aux moins 6 ans.

funambuline a dit…

J'ai eu des cours avec ce bouquin, je l'avais oublié... pas merci de me l'avoir rappelé !

@ cat : ça se termine avec un bébé joufflu dans le ventre d'une femme en transparence, aucune originalité.

Unter a dit…

@ cat : «  Mais comment,diable, cela se termine-t-il ? »
Eh bien, je crois qu’il l’encule.

Anonyme a dit…

mais une fusée n'est pas faite pour s'encastrer dans un maison que diable !

Zerbinette a dit…

Ah, quelle belle chose que la transmission du savoir et des connaissances ! On décèle dans ce précieux recueil d'anatomie le souci pédagogique d'enrichir le vocabulaire des enfants de 6 à 9 ans, afin de former dès son plus jeune âge la future élite de la nation.

Ainsi, pas d’avilissant langage bébé : au terme « trouver » on substitue habillement le verbe « localiser », que tout enfant de moins de neuf ans normalement constitué est à même de comprendre. De même, on prend soin d’éviter la facilité et les tournures simplistes, préférant l’emploi de « mémoriser » pour « se souvenir ».

Mais que vois-je ? Une cheminée sur le toit de la maison-vulve aux courbes languissantes ? Mais il s’agit indéniablement d’un symbole phallique ? Comment les petites filles découvrant leur intimité corporelle vont-elles saisir et interpréter cette troublante image qui perturbe d’une manière pernicieuse la différenciation sexuelle si chère aux auteurs du manuel ?

Anonyme a dit…

Et ça leur trouerait le cul (restons dans le thème) de dire que deux hommes ou deux femmes peuvent aussi "s'amuser" ensemble ? Plus on le montrera tard aux enfants, plus ils le verront comme quelque chose d'anormal...

Cédric

DeadPixel a dit…

Cédric > ça date de 1986, il ne fallait pas tant en espérer (même si de nos jours ça ne s'est pas franchement amélioré).

Random a dit…

La maison de la petit fille possède une cheminée, notons cet effort du dessinateur pour avoir pensé aux différentes possibilités d'atterrissage de la fusée virile.

Anonyme a dit…

J'essaye d'imaginer le dessinateur devant son dessin en train de se dire "bon, je dois dessiner une maison qui ressemble à un vagin".

Paul a dit…

J'essaie aussi, mais mon cerveau produit toujours la même image : un hamster conduisant une trottinette sur la plage de Malo les bains. Étonnantes ressources du psychisme humain.

agathe a dit…

J'en pleure de rire. Je visite parfois vote site et rien absolument rien ne me fait rire comme vos comemntaires.

Anonyme a dit…

@random je dirais même un alunissage

Anonyme a dit…

Bonjour, je suis contrôleur de gestion, votre site est épatant.

Continuez ce travail fabuleux.

Gérard

Anonyme a dit…

Bonjour, je suis épatant, votre site est contrôleur de gestion!